Le Centre de la BD de Bruxelles touché par la crise…

Les nouvelles du porte-étendard du IXème art à Bruxelles ne sont pas bonnes, pas bonnes du tout...

CBBDCrise2021-1_800x533.png

A la pandémie actuelle s’ajoute une crise économique affolante dont on ne voit pas encore toute l’étendue aujourd’hui…

Le CBBD a récemment dû mettre fin à sa collaboration avec plusieurs membres de son personnel: 8 personnes (soit 30% des employés)

En cause? Évidemment la crise sanitaire, qui a entrainé une chute vertigineuse du nombre de visiteurs au musée.
Certes, le CBBD est resté plus ou moins ouvert depuis la fin du 2ème confinement, mais les principaux visiteurs sont des touristes étrangers…. qui ne se pressent évidemment pas aux portillons! Et lorsque l’on sait que l’autre grosse entrée financière est la location des lieux pour des événements « pro », on comprend bien mieux la galère pour notre CBBD!

Voici ce qu’en dit Isabelle Debekker:
"Ce n'était pas une décision simple et c'est très lourd émotionnellement. Nous sommes ouverts maintenant, mais c'est très compliqué. En outre, nous sommes un musée privé dont 80 % des visiteurs viennent de l'étranger. L'impact de la crise est donc très important pour nous."

L'attaché de presse Willem De Graeve est également concerné par cette décision. "C'est en partie inattendu. D'un côté, c'est compréhensible compte tenu de la situation économique", dit-il. D'un autre côté : je travaille là depuis longtemps, 21 ans, donc pour moi, je ne l'ai pas vu venir."

 

Ce n'est pas la première fois que le Musée de la bande dessinée connaît des périodes difficiles en raison de la désaffection des touristes. L'impact du verrouillage de 2015 et des attentats de 2016 a également été particulièrement important.
Il y a eu aussi la nouvelle orientation instillée par Isabelle Debekker, lorsqu’elle a remplacé Jean Auquier qui avait fait grincer pas mal de dents en 2019.

L’objectif de cette institution bruxelloise est de revenir à la normale pour 2022 (une fois la pandémie dépassée donc), avec sa réorientation artistique et managériale.

Le musée est donc ouvert selon les dispositions en vigueur depuis décembre en Belgique, au moment de sa réouverture au public. Il est accessible du mercredi au dimanche et 7 jours sur 7 pendant les vacances scolaires.

Pour l’heure, une nouvel événement vient d’y débuter, à côté donc des grandes expositions temporaires sur Midam et sur Juanjo Guarnido: intitulée « United Comics of Belgium » (un clic sur cette dernière image pour en connaitre les détails)

 CBBDCrise2021-2_800x533.jpg

Pour en savoir encore plus sur le CBBD:
- https://www.visitonsbruxelles.com/musee-bd
- Et le site du CBBD: https://www.cbbd.be/fr/accueil

Il était une fois un 20 Octobre ...
MANDRYKA

Né le 20 octobre 1940, Nikita MANDRYKA est l’auteur du mythique « Concombre Masqué »!
Il fallait une certaine folie pour faire d’un concombre un héros de bande dessinée.

C’est en entrant à la rédaction du journal de Pif et de Vaillant qu’il crée ce personnage décoiffant du fameux concombre affublé d’un masque inspiré de Zorro.
Le succès est immédiat, les lecteurs adhèrent à ce drôle de légume aux aventures drôles et palpitantes!

En 1967, il intègre le journal Pilote, tout en poursuivant la série de son héros potager. A partir de 1972, il fonde avec Marcel GOTLIB et Claire BRETECHER L’Echo des savanes, mais s’en détache sept ans plus tard, préférant s’éloigner des contraintes éditoriales pour continuer à se consacrer entièrement au dessin.


Il participe depuis à des collectifs dont « Vive la politique » en 2006 et poursuit les aventures du Concombre masqué sur son site internet en réalisant encore régulièrement de nouvelles planches.

Identification (2)